Press "Enter" to skip to content

George Santos avoue avoir volé au Brésil pour éviter des poursuites pénales dans deux pays

Le représentant George Santos (R-NY) a conclu un accord avec les forces de l’ordre au Brésil pour éviter des poursuites pénales pour une affaire laissée ouverte depuis 2008.

Le représentant George Santos (R-NY) a conclu un accord avec les forces de l’ordre au Brésil pour éviter des poursuites pénales pour une affaire laissée ouverte depuis 2008.

Jeudi, le républicain de New York a signé un accord avec les procureurs brésiliens dans lequel il a avoué le vol et a accepté de verser une indemnisation. Les autorités ont accepté d’abandonner leurs poursuites pénales contre lui en échange.

Il a comparu virtuellement jeudi après-midi lors d’une audience au tribunal pénal de Niterói, une banlieue de Rio de Janeiro, où il a eu 30 jours pour payer environ 2 000 dollars d’amende et 2 800 dollars à la victime afin que son affaire soit classée.

“L’affaire s’est terminée aujourd’hui”, a déclaré son avocat Jonymar Vasconcelos au Washington Post. “Mon client ne fait plus face à aucun frais au Brésil.”

L’affaire remonte à 2008 lorsque Santos, alors âgé de 19 ans, vivait à Rio avec sa mère Fatima Devolder, qui travaillait alors comme aide-soignante à domicile. Santos aurait trouvé deux chèques appartenant à l’un des clients de sa mère, Délio da Câmara da Costa Alemão, 82 ans, dans son sac à main, et les aurait utilisés pour acheter des vêtements dans un magasin de vêtements voisin sous un pseudonyme.

Selon le marchand nommé Carlos Bruno Simões, Santos aurait acheté des centaines de dollars de vêtements pour un ami nommé Thiago. Lorsque Thiago a tenté de les renvoyer quelques jours plus tard, Simões en a profité pour rechercher Thiago sur les réseaux sociaux, où il a trouvé une photo de lui avec Santos portant sa véritable identité. Il a alors signalé la situation à la police.

“Je m’en souviens parce que j’ai dû payer cette valeur de ma poche”, a-t-il déclaré à un média brésilien l’année dernière.

Santos a admis plus tard qu’il avait volé les chèques et a promis de le rembourser en plusieurs fois. Un juge de Rio a approuvé les accusations portées contre Santos en septembre 2011, mais Santos aurait quitté le pays le mois suivant et n’a pas répondu aux assignations à témoigner. L’affaire a été suspendue en 2013, après avoir été à plusieurs reprises incapable de le localiser.

Les autorités brésiliennes ont relancé l’affaire en janvier, lorsque Santos a fait la une des journaux pour avoir fabriqué de larges pans de son histoire.

Santos a conclu l’accord un jour après avoir été arrêté par les autorités fédérales américaines sur un acte d’accusation de 13 chefs d’accusation, y compris la fraude, le blanchiment d’argent et le vol. Il a plaidé non coupable dans cette affaire.

Simōes, qui avait assisté à l’audience jeudi, a déclaré au Washington Post qu’il était déçu du peu que Santos devait lui rembourser.

“Il s’en est sorti super bon marché”, a-t-il déclaré.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *