Press "Enter" to skip to content

Les experts demandent au FG d’augmenter l’allocation pour lutter contre les problèmes de santé mentale – Radio VIAL

Le gouvernement fédéral a été invité à augmenter l’allocation budgétaire au ministère de la Santé pour faire face à la menace que représentent la santé mentale et les comportements addictifs.

C’est ce qu’ont déclaré des experts en psychologie clinique ce jeudi lors du congrès national annuel et de la conférence scientifique 2023 de l’Association nigériane des psychologues cliniciens, NACP, tenus à l’Université d’État d’Ekiti, Ado-Ekiti (EKSU) sur le thème : « La pratique de Psychologie clinique : menace émergente de comportement addictif et de santé mentale.

Selon le président national de la NACP, le professeur Gboyega Abikoye, il est urgent que le gouvernement rende le traitement plus abordable, car le traitement de la toxicomanie est très coûteux.

Le professeur de psychologie clinique a souligné que l’approche de réduction de la demande est essentielle pour faire face à la menace de toxicomanie et de dépendances qui augmente dans le pays.

Il a appelé les parties prenantes concernées, les médias, le gouvernement et les agences de financement à s’associer à l’association pour sensibiliser les citoyens aux graves problèmes de santé posés par les comportements addictifs et la santé mentale.

Ses mots : « Le gouvernement fédéral devrait accorder plus d’attention aux problèmes de santé mentale. Au Nigeria, le secteur de la santé reçoit une allocation budgétaire disproportionnellement faible par rapport à la plupart des autres ministères. Ensuite, au sein du secteur de la santé, le secteur de la santé mentale reçoit moins de 6 % du budget du ministère de la Santé, ce qui est trop peu.

« Selon l’Organisation mondiale de la santé, ce taux ne devrait pas être inférieur à 20 %, mais au fil des années, il a été inférieur à 6 %. Le gouvernement fédéral devrait augmenter les allocations au ministère de la Santé et au secteur de la santé mentale, notamment pour rendre les traitements plus abordables.

« Les médias jouent un rôle très important. Nous sommes en contact avec l’Assemblée nationale et d’autres parties prenantes et même des organismes de financement. Nous avons collaboré avec l’Office des Nations Unies contre le crime et la drogue, de l’Union européenne. Nous avons plaidé à ces niveaux. Nous espérons qu’il parviendra aux personnes qui devraient être au courant de toutes ces choses.

« La prévention est ce que nous prêchons. Faites savoir aux gens qu’une fois impliqué, c’est fastidieux et coûteux, même dans les hôpitaux publics, vous payez cher pour traiter la dépendance. Le traitement de la toxicomanie est très coûteux et long car il s’agit d’une maladie chronique.

« Nous avons observé ces derniers temps que la menace de la toxicomanie et des dépendances augmente au Nigeria et dans le monde et semble retarder toute solution.

« Malheureusement, de nombreuses personnes ne sont pas conscientes du lien entre les comportements addictifs et la santé mentale en soi. Ils sont très étroitement liés. La plupart du temps, les comportements addictifs entraînent de graves problèmes de santé et c’est la raison pour laquelle nous avons décidé que le thème de cette année devrait se concentrer sur ce double trait que sont les comportements addictifs et la santé mentale.

« Malheureusement, au Nigeria, ces questions n’ont pas reçu suffisamment d’attention. Nous préconisons l’utilisation d’une approche fondée sur des données probantes pour résoudre ce problème.

« Il a été prouvé partout dans le monde que le simple fait d’arrêter et d’emprisonner les consommateurs de drogue ne fonctionne pas. Toutes les fermes qui ont brûlé n’ont pas résolu le problème.

« Ce qui a fait ses preuves à l’échelle mondiale, c’est l’approche de réduction de la demande. Ce faisant, vous faites appel à l’esprit des gens, leur faisant comprendre pourquoi ils ne devraient pas adopter un comportement nuisible et adopter un comportement à risque.

Pour sa part, le coordinateur de l’État du NACP à Ekiti, le professeur Olu Olatunji, a appelé le gouvernement à mettre en œuvre les recommandations pour résoudre les innombrables problèmes de conduite addictive dans le pays.

Selon Olatunji ; « Le problème des comportements addictifs est un problème de société et nous souhaitons nous associer au gouvernement pour résoudre ces problèmes. Nous sommes des professionnels. Si le gouvernement peut nous écouter, écouter nos recommandations et les mettre en œuvre, alors le problème des comportements addictifs dans notre société sera résolu.

Le vice-chancelier de l’EKSU, le professeur Edward Olanipekun, représenté par le vice-chancelier adjoint (développement), le professeur Ayantunji Adeleke, a également plaidé pour la mise en œuvre des conclusions et des recommandations pour mettre fin à la menace.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *